L'histoire de son père par Pierre

Pierre habite à Victoria, en Colombie-Britannique. Il est né en France dans le sud-ouest de la France. Ses parents étaient tous les deux Catalans.

Add a Bookmark

Search inside this transcript

Full transcript (show/hide)

L'histoire de son père par Pierre

Alorsprononcé [alɔRə] ma mère est venue de / un p/ un hameau actuel/ c'est même pasNotez ici l'élision du marqueur de la négation ne un village qui s'appelle ArdanuyRemarquez la prononciation espagnole du mot Ardanuy où le son [R] est roulé. / qui est de l'autre côté de la frontière euh:: à la/ à l'ouest du val d'AranVallée située dans les Pyrénées espagnoles

Et euh mon grand-pèreNotez la prononciation du e muet, aussi appelé e caduc en finale des mots, caractéristique du français méridional: [pɛrə], [vilaʒə], [fRɔ̃tjɛRə]. / est venu du village en face / et mon père est venu du coinNotez la prononciation particulière de la nasale: [kwɛ̃ŋ] nord-est de Cataluñaprononcé comme en espagnol [cataluɲa] d'un village qui s'appelle Alcanar / à la frontière de l'état de ValencíaNotez la prononciation espagnole du nom Valencía où le son [v] est prononcé [b].

Et:: hum mon grand-père est venu / et doncNotez la prononciation particulière de donc où la consonne finale est muette: [dɔ̃] ma mère / en mille neuf cent dix / et mon père est venu en mille neuf cent trente huit parce qu'il fallait qu'il s'échappe euh:: de:: parce qu'il était du côté républicainIci, le locuteur fait référence à la guerre civile espagnole (1936-1939) qui a opposé le camp des nationalistes à celui des républicains et qui s'est terminée par une victoire des nationalistes et la dictature de Francisco Franco (1939-1975). Suite à leur défaite, de nombreux partisans républicains ont dû fuir l'Espagne et beaucoup se sont réfugiés en France. external link

Et euh:: doncNotez la prononciation particulière de donc où la consonne finale est muette: [dɔ̃] mon père a été vendu euh à:: à un typesignifie « homme, individu de sexe masculin » en langue familière qui faisait du charbon de bois parce que enNotez qu'ici le locuteur ne fait pas l'élision obligatoire entre que et on ce temps-là les/ les Espagnols étaient/ quand ilsprononcé [i] sont venus tous ces milliers d'Espagnols / ils étaient traités pire que les chiens / et euh/ et euh:: beaucoup de gens ont fait d'argent avec/ c'était comme de l'esclavage

Et alors euh et le gouvernement voulait pas/Notez l'élision du marqueur de la négation ne. français voulait pasNotez l'élision du marqueur de la négation ne. que ces Espagnols euh/ parce que beaucoup d'hommes é/ n'étaient pas là / parce que quand la guerreIci, le locuteur fait référence à la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) external link a commencé / beaucoup de Français sont/ se sont faits euh:: s/ sont faits prisonniers des Allemands / ont été déportés / ou ont été au travail obligatoire / et il y avait tous ces Espagnols-là

Et euh:: les Fr/ euh le gouvernement français euh voulait pasNotez l'élision du marqueur de la négation ne. alors ils/prononcé [i] la police les surveillait et pisForme familière de puis ilsprononcé [i] pouvaient pasNotez l'élision du marqueur de la négation ne. naviguer comme ils voulaient / et alors mon père a été vendu à quelqu'un qui faisait du charbon de bois dans un village au dessus de mon village.

Et alors il était pas autorisé de sortir là alors il restait dans un campComme le locuteur le raconte un certain nombre d'exilés espagnols de la Guerre civile ont été soumis au travail obligatoire et installés dans des camps d'internement pour réfugiés. external link dans le bois dans des conditions épouvantables / et hum il/ la façon qu'il s'en est sorti et qu'il a rencontré ma mère / c'est ma mère allait glanersignifie « ramasser dans les champs, après la moisson, les épis laissés par les moissonneurs » dans les champs après le::/ après leIci, l'adverbe après n'a pas de valeur temporelle. Sa présence dans la phrase n'est pas obligatoire mais certaines personnes, selon les régions, l'ajoute dans le sens de « chercher (après) quelqu'un ou quelque chose ». blé, après le maïs / ils allaient ramasser des/ des grains pour donner à/ à leurs poules

Et euh mon père euh comme beaucoup d/ d'hommes étaient partis à la guerre ou avaient été fait prisonniers euh et comme tous ces Espagnols c'était des gens qui étaient habitués à travailler dur dur dur / ilsprononcé [i] ont été euh:: ilsprononcé [i] ont commencé à donner un coup de mainexpression qui signifie « aider » aux gens / et les gens en échange ils leur donnaient de/ du bon manger / du saucisson du jambon d/ d/ du bon / que dans/ dans son camp là-haut il n'en avaitprononcé [inave] pas / et et c'est comme ça qu'il a rencontré ma mère

Et hum et il a eu trois enfants avec elle mais ils ont jamais Notez que le pronom ils est prononcé [i]. Remarquez aussi l'élision du marqueur de la négation ne été mariés / ce qui état absolument inédit mais comme c'était des Espagnols / les gens ils en faisaient pas grandOn suppose que le locuteur voulait dire « les gens n'en faisaient pas grand cas », ce qui signifie que « les gens méprisaient, négligeaient cette situation ». Notez aussi l'élision du marqueur de la négation ne. / ils se disaient c'était la/ la basse classe / plus bas que la basse classe [xxx]

Et mon père est allé travailler euh euh:: travail euh le travail forcé / parce que il y avaitNotez qu'ici le locuteur ne fait pas l'élision obligatoire entre que et il. Notez aussi la prononciation [jave] de il y avait pl/ les Allemands demandaient de plus en plus de gens pour aller travailler dans le NordNotez la prononciation qui résulte de la chute du e de l'article le. pour aller travailler dans les/ dans les ouvrages de le/ du nord de l'Atlantique et il y en avaitprononcé [jɑ̃navɛ]. Notez aussi l'élision du marqueur de la négation ne. plus alors ils ont commencé à réquisitionner les Espagnols et euh mon père est a/ tr/ il travaillait là

et/ mais après il s'est échappé parce que l/ les Anglais commençaient à bombarder euh les ouvrages alors il s'est échappé / il a traversé la France / sans carte d'identité parce qu'ils leur prenaient leur carte d'identit/ sans permis / sans rien euh:: pendu au côté du train et hum:: et passer à travers la gare de Paris / parce qu'il fallait passer quand on rentrait dans une gare il fallait passer / devant la police allemande / la police française / et puis le/ le chemin de fer pou/ p/ pour avoir le billet alors la façon qu'il est passé à Paris c'est/ c'est euh c'est intéressant

euh il a vu une femme / il était caché derrière un camion / il se demandait comment j'allais pouvoir passer parce qu'il y a avait de/ des soldats partout / alors il voit une femme qui avait deux valises et puis euh:: un/ une petite fille alors elle / elle peinaitpeiner signifie « avoir de grandes difficultés, beaucoup mal à faire une certaine activité. » alors il lui dit a la dame / tiens tiensprononcés [tɛ̃] je vais vous aider alors il prend la petite fille / une valise et puis il passe à travers euh devant la police / il fallait avoir du courage il fallait/ il fallait vraiment être / avoir du sang-froidavoir du sang-froidsignifie « garder, en toutes circonstances, une maîtrise de soi et de ses émotions, de l'assurance et son calme ». / il est passé / il a dit / ma femme a les billets / ma femme a les billets / et quand il est arrivé sur la/ à/ à la gare / il a mis la petite sur la valise / pisprononciation familière de puis il s'est/ il s'est échappé

et/ et/ et après il a pris le train mais / chaque fois que/ chaque fois que les/ la police dans le train et le/ euh les gens de/ qui voulaient regarder les billets / alors la police française et la police allemande / il fallait quand ils les voyaient venir il sortait du train / il allait se mettre entre les deux trains et puis il s/ il faisait froid / c'était en février / et puis il attendait qu'ils soient passés et ilprononcé [i] disait plusieurs fois / ilprononcé [i] disait ça y est j'en ai marreEn avoir marresignifie « être excédé, dégoûté ». je peux plusNotez l'élision du marqueur de la négation ne il fait trop froid / je vais euh je vais sauter pisprononciation familière de puis [xxx] / mais bon il l'a pas faitNotez l'élision du marqueur de la négation ne pisprononciation familière de puis il est revenu dans le sud de la France / il est revenu euh chez ma mère

Downloadtranscript

Other people from France