La francophonie par Pascale

Pascale, 30 ans, est étudiante de maîtrise en développement international. Elle est originaire d'une ville située au nord de Québec, à côté du lac Saint-Jean.

Add a Bookmark

Search inside this transcript

Full transcript (show/hide)

La francophonie par Pascale

Bonjour / euh mon nom est Pascale euh:: j’habite/ euh:: je viens d’une petite région euh dans le fin fondLe fin fond est une expression qui signifie « la partie la plus reculée, la plus lointaine ». du Québec / très très francophone

J’habite présentement en Outaouaisexternal link / et j’étudie euh à l’université d’Ottawaexternal link / en développement international et mondialisation

Donc ch'suisNotez cette prononciation très commune de « je suis» qui résulte d'un phénomène d'assimilation du son [ʒ] (consonne sonore) en [ʃ] (consonne sourde) au contact de la consonne qui suit (ici: [s]) appelée à voyager / beaucoup

Euh:: je:: vais vous parler aujourd’hui de / comment je vis euh ma francophonieIci, la francophonie (avec un f minuscule) représente le fait de parler français et l'ensemble des personnes qui parlent le français. external link étant exposée à:: plusieurs autres cultures et euh à la langue anglaise aussi euh:: sur une base régulière

Euh pour moi la francophonie euh:: c/ ça représente beaucoup le Québec

Euh je me rattache beaucoup au Québec parce que ce sont mes racines / je suis j/ je suis québécoise / avant tout

et hum:: et euh:: souvent euh quand je suis à l’étranger / même quand ch'suisNotez cette prononciation très commune de « je suis» qui résulte d'un phénomène d'assimilation du son [ʒ] (consonne sonore) en [ʃ] (consonne sourde) au contact de la consonne qui suit (ici: [s]) chez moi:: / à Ottawa

euh:: j’entends/ euh ch'suis exposéeNotez cette prononciation très commune de « je suis» qui résulte d'un phénomène d'assimilation du son [ʒ] (consonne sonore) en [ʃ] (consonne sourde) au contact de la consonne qui suit (ici: [s]). Notez aussi la liaison fautive probablement réalisée par analogie avec il est exposé, elle est exposée ou on est exposé(s). beaucoup à l’anglais et d’autres cultures et pour moi la francophonie / c’est euh c'est euh:: beaucoup euh c’est rassembleur euh d’être francophone

Quand on est exposé à d’autres cultures / et que onNotez qu'ici la locutrice ne fait pas l'élision obligatoire entre que et on. entend / en voyage / à l’extérieur euh à l’étranger / qu’on entend d’autres personnes parler français / c’est très très rassembleur

Euh les gens se/ se rassemblent ensemble / ilsprononcé [i] passent du bon temps ensemble / ilsprononcé [i] partagent beaucoup parce que c’est/ c'est sûr qu'on a/ plusieurs choses en commun euh surtout au niveau de la culture / mais euh:: c’est aussi une question de::/ de survie et de combat

Euh:: parce que euh:: je pense que/ je pense que chaque francophonie dans le mondeNotez la prononciation qui résulte de la chute du e de l'article le. est/ est entourée par euh toutes sortes d’autres langues / et euh ce sont souvent de petites communautés francophones / entourées par euh souvent de l’anglais

et euh ces fran/ ces communautés-là doivent euh beaucoup euh se battre pour garder leur culture et garder leur langue

Donc je penseNotez la prononciation qui résulte de la chute du e du pronom je. que la francophonie pour moi c’est beaucoup synonyme de survie / de combat / de fierté aussi parce qu'après toutes ces années / si le français est encore parlé euh:: dans le mondeNotez la prononciation qui résulte de la chute du e de l'article le. / c’est surtout parce que:: les francophones sont/ sont des combattants

Et euh:: et je suis très fière d’être francophone / mais je suis aussi très contente d’avoir la chance de parler d’autres langues

Parce que àNotez qu'ici la locutrice ne fait pas l'élision obligatoire entre que et à. l’étranger / souvent euh:: benForme informelle de bien, couramment utilisée à l'oral et exprimant souvent une hésitation. c’est pas/ je/ je/ je suis contente de parler le français / je me rassemble avec les gens qui parlent le français aussi

mais euh c’est souvent euh c’est souvent les autres langues euh euh dontNotez que le pronom relatif que aurait été grammaticalement correct. j’ai la chance de parler qui peuvent un peu me/ me sortir de situations ou qui peuvent me faire connecter aussi avec d’autres gens

Parce que ch/ souvent le français n’est pas la langue commune euh ça peut être l’anglais ou l’espagnol / donc c’est souvent d’autres langues qui sont les langues communes de partage / avec euh les autres personnes à l’étranger

Donc c’est à peu près ce queNotez la prononciation qui résulte de la chute du e de ce. j’avais à vous dire

Downloadtranscript

Other people from Canada